nutrition

Les bonnes associations alimentaires

Les bonnes associations alimentaires

By Maryne Myne

Le but de la naturopathie est de préserver la santé par des moyens naturels comme l’alimentation ou la 3ème médecine,  l’utilisation des  huiles essentielles, le sport, la gestion du stress, etc.

Le problème pour la majeur partie d’entre nous reste la digestion, bien que cela reste encore un sujet peu évoqué. Une digestion trop lente ou trop rapide peut entraîner des difficultés, pathologies et carences alimentaires.

Les causes d’une mauvaise digestion : mastication rapide, repas trop gras, trop lourd, trop acide entraîne bien souvent des ballonnements et gaz intestinaux par fermentation. Les vitamines, minéraux, protéines ne seront pas assimilés correctement d’où viendront ensuite des carences alimentaires.

« Que ton alimentation soit ta première médecine »

– Hippocrate

Quels sont les symptômes d’une mauvaise digestion ? 

1- La fatigue après un repas (normalement le repas est source d’énergie selon la naturopathie et si l’on reprend son intérêt auprès de nos ancêtres).

2 – Troubles digestifs, des acidités, des gênes du type ballonnements, flatulences, constipation.. qui sont des signes de mauvaise digestion et donc de mauvaise association alimentaire.

 

Quels est le concept des associations alimentaires ?

–          une durée de digestion différente selon les aliments (de 10 min pour certains à plusieurs heures pour d’autres).
–          un degré d’acidité différent pour chaque digestion ( chaque aliment à un degrès d’acidité différent et influe selon le morphotype de la personne)
–          un lieu de digestion différent (l’estomac, l’intestin, etc)

Quelles sont les bonnes associations alimentaires ?

On divise les aliments selon ces catégories :

Protéines fortesviandes, volailles, poissons, œufs, fromages cuits (type comté)
Protéines faibleslégumineuses (pois chiches, lentilles, soja, etc), amandes, noisettes
Protéines de fromage fraisyaourts, fromages de chèvre frais, de brebis frais, fromages blancs, etc
Farineux fortspâtes, pain, riz, avoine, orge, blé, mais, etc
Amidons faiblesbiscottes, flocons de céréales, pommes de terre, patates douces, potirons
Fruitsacides (type kiwi, orange, citron, abricots), mi-acides (pommes, poires, mangues, pêches) et doux (bananes, figues, raisin)
Légumestous les légumes verts (broccoli, laitue, chou) ou colorés (poivrons, poireaux, aubergines)
Aliments particuliersmelon, pastèque, miel

Ce tableau ci-dessous  vous permettra de comprendre et d’appliquer le principe des associations alimentaires.

Quelques exemples issus de ce tableau :

1) Manger les fruits crus loin des repas

Les fruits sont digérés dans l’intestin en quelques minutes , il passe simplement dans l’estomac. S’ils sont consommés en dessert il devront y rester plusieurs heures, piégés et fermenteront par les aliments du repas pris juste avant qui demande plusieurs heures de digestion.

Ce qui entraîne des fatigues après le repas, des fermentations acides digestives, des gaz intestinaux et divers troubles digestifs.
Le meilleur moment pour consommer les fruits est ½ heure avant le repas ou au moins trois heures après celui-ci (16 / 18h selon la chrono nutrition).

2) Eviter une protéine forte avec un farineux fort ( car la digestion en milieu acide de la protéine bloquerait instantanément celle de l’amidon )

3) Ne pas mélanger au même repas un aliment acide et un farineux car l’acidité inhibe l’enzyme salivaire débutant la digestion des farineux.

Exemple de mauvais mélanges: tomates puis riz, pâtes sauce tomate…

 

Les principales erreurs en assimilation :

Voici les erreurs les plus courantes, qui seront, selon les personnes plus ou moins problématiques.
Les incompatibilités majeures :

  • Fruits crus pris au cours du repas. Le sucre des fruits : Le fructose n’est pas digéré correctement, il va fermenter (dans l’intestin grêle). Les fruits ne fermentent pas avec biscottes (glucides cuits et recuits, ultra rapides à digérer) et les laitages. Les fruits cuits quant à eux posent beaucoup moins de problèmes (compote en fin de repas).
  • Amidons et aliments au goût acides (fruits, tomates, yaourt, vinaigre). L’acide empêche les enzymes de la salive de faire leur travail de pré-digestion des glucides pendant une vingtaine de minutes. Ils n’ont donc pas le temps d’être digérés dans les intestins. Un aliment acide acidifie encore plus l’estomac (qui devient trop acide pH 1,5-2 au lieu de 5-7). Pour faire de la sauce tomate non acide, ajouter du bicarbonate de soude dans celle-ci par exemple.
  • Manger trop rapidement. Prendre le temps de manger dans une ambiance sereine. Important, car la digestion des glucides commence dans la bouche et le cerveau à besoin d’un temps pour analyser les aliments et déclencher la sensation de satiété au bout de 20 min environ.

Si vous souffrez de troubles de la digestion ou que vous souhaitez assimiler correctement vos micronutriments, ces principes peuvent vous être d’une grande utilité.

 

Pour commencer, n’essayer pas de changer radicalement votre façon de manger mais plutôt d’en essayer quelques unes, sans vous stresser et de les introduire au fur et à mesure. Comme pour tout, il vaut mieux essayer petit à petit tout en observant les différences pour votre corps et votre digestion, plutôt que de tout modifier au risque d’être trop chamboulé après quelques jours.

2 réflexions au sujet de « Les bonnes associations alimentaires »

  1. Bonsoir Maryne,
    Merci pour ces précieux conseils ! je saurai dorénavant qu’il ne faut pas que je mange de fruits après le repas !
    Bisous et bonne soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *